Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2013

Ecoute mon coeur (J. TEISSON)

"Pourquoi j'ai vendu ma maison à des sourds ?"

teysson,famille,handicap,surditéDepuis qu'une autoroute a été construite à proximité, la maison du vieux Paulou est invendable. Paulou a l'idée de la faire visiter à une famille de sourds, qui tombe aussitôt sous le charme de la jolie demeure camarguaise. Peu à peu, le vieil homme s'attache à ceux qu'au village on désigne comme "ces gens-là"…Un siècle plus tôt, Jean Peyre, un jeune sourd, écrit à ses parents pour leur raconter sa vie dans l'institut où il a été placé. Élève brillant, il voit pourtant son avenir menacé. L'État encourage les "oralistes" à éliminer la langue des signes, qui est pour les sourds l'unique moyen de communiquer et de s'instruire…

Après Au Cinéma Lux, Janine TEISSON aborde de nouveau la thématique du handicap pour cette fois-ci produire à la fois un roman poignant et optimiste. Poignant comme cette histoire, aussi touchante que tragique, se déroulant cent ans plus tôt, de Jean, jeune sourd quittant sa Camargue à neuf ans pour partir étudier à Paris dans un pensionnat pour sourds avant d'être confronté aux "oralistes", persuadés que les sourds sont "des sauvages et des bêtes", et optimiste comme celle de cette famille sourde qui vient s'installer dans l'ancienne maison de Paulou, lequel va peu à peu découvrir un monde à la fois étrange et familier qui va susciter en lui nombre d'interrogations.

Écoute mon cœur est une magnifique histoire d'amitié, de tolérance et d'ouverture aux autres. A lire absolument !

"Qui est le handicapé ici ? C'est moi !" ai-je pensé. Je me suis senti anormal. C'était bizarre.

J'ai questionné l’interprète, elle m'a appris qu'il y a cent mille sourds en France. Rares sont les sourds profonds qui parviennent à parler. Mais alors, pourquoi ne m'a t-on pas appris leur langage ? Je suis sûr qu'enfant j'aurais dansé des mains, de la bouche, des yeux et de tout le corps avec fougue, moi à qui l'on a tant dit "Tais-toi !" Je suis sûr que tous les enfants adoreraient s'initier à ce langage aérien, secret, farceur, aussitôt effacé, eux qui ne vivent qu'au présent.

(...) Je ruminais tout en montant la côte : "Quand je pense que j'ai appris l'anglais pendant des années au collège et que je n'ai parlé, dans ma vie, qu'à deux ou trois Anglais ! Presque tous les fonctionnaires savent dire : "Bonjour", "Quel est votre problème ?" et "remplissez ce formulaire" en anglais, je suppose, mais pas en sourd !

Janine TEISSON, Écoute mon cœur, 2013

Syros tempo - 176 pages - 6 €

Feuilleter un extrait :http://www.syros.fr/feuilletage/viewer.php?isbn=9782748513820

L'auteur : Janine TEISSON est une romancière française. Née à Toulon, elle passe son enfance au Maroc puis vit en Côte d'Ivoire. Elle vit maintenant dans le Sud de la France. Après avoir exercé divers métiers (enseignante, couturière, clown, éducatrice), elle se lance dans l’écriture. Son premier roman est publié en 1993 et obtient le Prix du premier roman. Elle a publié à ce jour une trentaine de livres dont certains traduits en espagnol, portugais, allemand, italien, catalan, coréen et chinois. Elle écrit en littérature générale et également à destination de la jeunesse.

Elle est l’auteur de nouvelles, récits auto-biographiques, romans, contes pour enfants, récits pour la jeunesse, romans historiques, romans policiers et de science-fiction, poésies, contes érotiques. À partir de 2010, elle revient en littérature adulte avec deux romans et aborde l’écriture théâtrale

Site de l'auteur : http://janineteisson.fr

16:11 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Tags : teysson, famille, handicap, surdité | |  Facebook | | |

21/12/2013

Trois mille façons de dire je t'aime (M-A. MURAIL)

« Nous étions trois collégiens de cinquième et nous venions d’horizons si différents que rien ne nous destinait à nous dire un jour je t’aime. »

IMG_0805.JPGChloé, Bastien et Neville ont eu en cinquième une professeure de français qui n’aimait que les livres qui finissent mal, considérée comme folle par ses élèves et comme très compétentes par les parents ». Un soir, elle les a emmenés pour la première fois au théâtre voir une représentation de Dom Juan de Molière. Cette soirée a changé leur vie. C’est décidé, ils seront comédiens ! Six ans plus tard, leur désir de monter sur scène est intact et ils se retrouvent au conservatoire d’art dramatique de leur ville. Le professeur le plus réputé, Monsieur Jeanson, les prend tous les trois dans son cours.
Mais Chloé va devoir concilier les cours de théâtre avec le rythme intensif de la classe préparatoire qu’elle vient d’intégrer. Bastien, prêt à tout pour faire rire, pense qu’il suffit de regarder une vidéo de Louis de Funès pour apprendre la tirade d’Harpagon. Le beau et ténébreux Neville a peur de se donner les moyens de son ambition, d’être un autre pour savoir enfin qui il est. Comment le théâtre va-t-il lier pour toujours la jolie jeune première, le valet de comédie et le héros romantique que Jeanson a su voir en eux ?

Le roman commence tambour battant, avec cette manière inimitable qu’a Marie-Aude Murail de saisir à la fois le quotidien et l’air du temps et d’y poser son regard tendre et « plein de fantaisie et d’émotion ». Sa description des répétitions théâtrales de Roméo et Juliette qui vire à l’entrainement de foot est à mourir de rire ! On glisse ensuite vers une histoire beaucoup plus subtile, profonde, où l’on retrouve pêle-mêle la question de la vocation, celle de l’affranchissement de la structure familiale, de l’identité sexuelle et surtout l’amour de la littérature et de sa transmission.

Trois mille façons de dire je t’aime est un bonheur de lecture, d’écriture, un bonbon qui libère petit à petit sa menthe forte et vient nous piquer le nez et les yeux, bref, un incontournable !

- Parfait, dit Jeanson.

Et tout le monde comprit que parfait signifiait nul.

- As-tu déjà entendu parler de la diérèse ?

- Ca me dit quelque chose, réponds Ronan innocemment.

 C’est une chance parce que, sans la diérèse, il n’y a pas de poésie. On ne prononce pas audacieux comme tu l’as fait, mais audaci-eux. Quatre syllabes. Pas mendiant. Mais mendi-ant. Trois syllabes.

- Mais ça fait bizarre, ricana Ronan.

- Oui monsieur, c’est de la poésie ! s’enflamma Jeanson. C’est artificiel ! Si les gens veulent  t’entendre parler comme dans la vie, ils ne vont pas au théâtre, ils restent chez eux. Maintenant, tu recommences et tu soignes ces diérèses.

- Quand Don Juan descendit…

- Non, Monsieur. Tu sors et tu nous refais une entrée. (…) L’alexandrin, c’est quatorze pieds, les douze du vers et les deux sur lesquels tu te tiens.

Marie-Aude MURAIL, Trois mille façons de dire je t’aime

Ecole des Loisirs

270 pages – 16 €

Paru en 2013

L’auteur : Qui n'a pas entendu parler de Nils Hazard, l'étruscologue-détective? Ou d'Emilien, héros du quotidien dont on sait à peu près tout depuis Baby-Sitter Blues ? Ainsi, Marie-Aude MURAIL explore différentes veines, qu'elles soient politiques, réalistes ou fantastiques, avec pour devise : ne jamais se répéter, ne jamais être là où on l'attend. Elle nous a étonnés avec un roman qui a enthousiasmé adolescents et adultes et remporté plusieurs prix : Oh, boy ! , publié en 2000, inclassable et déjà classique. Marie-Aude MURAIL est née au Havre (Seine-Maritime) en 1954. Elle vit aujourd'hui à Orléans avec son mari et ses trois enfants. Après de longues études de Lettres à la Sorbonne, elle se consacre désormais à ses livres... et à sa famille! Elle a reçu en 2004, l'insigne de chevalier de la Légion d'Honneur pour services rendus à la littérature.

Elle s'est, dernièrement, farouchement mobilisée pour la défense des enfants de réfugiés sans papiers, avec succès dans le cas de sa protégée Astrid-Mira.

Blog de l’auteur : http://marieaude.murail.pagesperso-orange.fr

16:08 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | |  Facebook | | |

15/12/2013

Le Garçon de l'intérieur (B. SEVERAC)

« A l’arrière de la voiture, le front appuyé contre le vitre, la tête ébranlée par les trépidations du moteur, Jules Lascaud laisse son regard vagabonder au-dessus des étendues de champs et de forêts traversées par l’autoroute. »

adolescent, séverac,surdité, handicapUn petit village viticole alsacien où tout le monde se connaît. Des vignes tronçonnées. Un accident de la route suspect. De vieux secrets de famille. Neuf mois après l'accident qui l'a rendu sourd (Silence), Jules passe ses vacances avec sa famille en Alsace. Il sympathise avec Rémi, un jeune sourd de naissance dont il devient inséparable, et cherche à se faire remarquer de la piquante Camille, quitte à se mêler de ce qui ne le regarde pas…

Après l’efficace Silence, qui nous faisait entrer dans le monde des sourds à la suite de l’accident de Jules tout en nous mêlant à une efficace intrigue policière où se mêlait trafic de drogue, délation et menaces, Benoît SEVERAC aborde ici plus clairement la situation de handicap et la difficulté à trouver sa place : Jules doit-il accepter d’être sourd et en tant que tel parmi les « nouveaux » siens ou rester dans un entre-deux, ex-entendant qui ne l’est plus ?

Davantage que l’intrigue policière, encore présente dans ce roman, c’est cette problématique qui anime tout le livre ; ce qui le rend peut-être plus profond que le premier, mais moins efficace car plus introspectif.

« Rien, signe-t-elle de manière agressive. Va rejoindre ton copain. Restez donc entre sourds. Et arrête d’oraliser, tu es ridicule. »

Jules encaisse le coup. C’est la première fois qu’un entendant lui dit une chose aussi dure depuis qu’il est sourd. Lui qui fait tant d’efforts pour parler à voix haute quand il s’adresse à des non-sourds, pensant ainsi faire preuve de bonne volonté, pour eux ! Il trouve Camille terriblement injuste. Une fraction de seconde, il a envie de la gifler, de hurler, puis de fuir en courant. (…)

- Pourquoi tu me dis ça ? En quoi je suis ridicule ? »

« Assume ce que tu es. Il n’y a rien de plus minable que ces sourds qui essaient de faire plaisir aux entendants, qui jouent les bons toutous en apprenant à parler. »

« Je suis un devenu sourd, je ne peux pas le renier. J’ai parlé pendant quinze ans avant de perdre l’audition. »

« Eh bien, deviens sourd ! Signe ! Tu ne vas pas rester le cul entre deux chaises. Sois fier de ce que tu es. »

Benoît SEVERAC, Le Garçon de l’intérieur.

Syros – Rat noir

205 pages –14,50€

Paru en 2013

Lire un extrait : http://www.syros.fr/feuilletage/viewer.php?isbn=9782748514292

L’auteur : Benoît SEVERAC est romancier et professeur d’anglais à l’École vétérinaire de Toulouse. Il a compris très tard qu’il écrivait depuis toujours. Il s’est trompé en se croyant un temps photographe, il a abandonné le reflex pour le clavier et s’en porte mieux, mais il en a gardé quelque chose : une efficacité dans la description peut-être, une façon de rendre une ambiance par le cadre. Quoiqu’il en soit, ses romans sont toujours très « visuels ». Silence est son premier roman-jeunesse, Le Garçon de l’intérieur sa suite. Benoît Séverac est également musicien, membre du conseil d’administration de Toulouse Polars du Sud et membre de 813 (l’association des amateurs de littérature policière).

Blog de l’auteur : http://benoit.severac.over-blog.com

19:16 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Tags : adolescent, séverac, surdité, handicap | |  Facebook | | |

24/11/2013

Vert émeraude (K. GIER)

« Ca va laisser une vilaine cicatrice, dit le médecin sans lever la tête. »

gier, adolescente, relation parent-enfant,voyage dans le temps,humourGwendolyn a-t-elle jamais été une lycéenne comme les autres ? Pour son premier vrai chagrin d'amour, en tout cas, elle aimerait bien faire comme toutes ses copines : pleurer des heures au téléphone et se gaver de chocolats. Mais pas question, les Veilleurs du temps ont besoin d'elle. Pire, c'est avec Gideon lui-même, celui qui lui a brisé le cœur, qu'elle doit repartir en plein XVIIIe siècle, affronter un drôle de comte, soi-disant immortel. Plus question de pleurer, il faut agir !

Le tome des révélations ! Et elles s’enchaînent en cascade, à un rythme effréné : Gwendolyn apprend qui elle est vraiment, les traîtres sont démasqués, le chronographe va dévoiler tous ses secrets… et la relation entre Gwendolyn et Gideon s’éclaircir…

Cette trilogie se sera avérée une réussite d’un bout à l’autre !

- J’ai entendu dire que tu as eu de la visite ce matin, reprit-il en jonglant avec deux grappes de raisin. Charlotte a parlé d’un coffre mystérieux.

Ah, ah ! C’était donc bien ça. Je fis glisser le livre sur mes genoux.

- Quelle partie de « ferme-la ! » n’as-tu pas comprise ?

Gideon fit un large sourire.

- Eh, mais il ne s’agit pas de causette. J’aimerais savoir comment Charlotte est venue à penser que tu pourrais posséder quelque chose que Lucy et Paul ont réussi à te faire passer.

Il était là pour m’interroger… évidemment. Probablement mandaté par Falk de Villiers et les autres. « Sois gentil avec elle, et elle te dira certainement si elle a caché quelque chose et où elle l’a caché. » Miser sur la bêtise des femmes était finalement le passe-temps familial des de Villiers.

Je remontai mes jambes et m’assis en tailleur. Quand j’étais en colère, il m’était plus facile de le regarder dans les yeux sans que ma lèvre tremble.

- Tu n’as qu’à demander directement à Charlotte comment elle en a eu l’idée, dis-je froidement.

- C’est ce que j’ai fait.

Gideon s’assit lui aussi en tailleur, de sorte que nous nous trouvâmes tous les deux face à face sur le canapé, comme deux indiens devant un tipi. Existait-il quelque chose comme le contraire d’un calumet de la paix ?

Kerstin GIER, Vert émeraude

Milan Macadam

416 pages – 14,50 €

Titre original : Smaragdgrün – Paru en 2010 – Traduit en Français en 2012

L’auteur : Kerstin GIER est née en 1966 et a fait des études universitaires avant de passer à la pédagogie. Après divers emplois, elle a commençé en 1995 à écrire des romans. Elle habite avec son mari et son fils dans un village à proximité de Bergisch Gladbach. Son premier roman a été porté à l'écran en 1996. Pour la première fois avec La Trilogie des gemmes (Rouge rubis, Bleu saphir et Vert émeraude), elle s’essaie à la fantasy et au roman de jeunesse.

23/11/2013

Bleu saphir (K. GIER)

« Jeunes gens, nous sommes dans une église. On ne s’embrasse pas ! »

IMG_0763.JPGLongtemps, Gwendolyn pensa être une lycéenne comme les autres.
Bon, d'accord, elle voyait des fantômes dans les couloirs de son lycée ; mais d'abord elle n'en voyait qu'un, et puis personne n'est parfait. Pour le reste, rien à dire. Jusqu'au jour où Gwendolyn comprit : elle n'était pas une lycéenne comme les autres. Marquée du sceau des Veilleurs du temps, elle doit désormais voyager à travers les âges, fermer un Cercle auquel elle ne comprend rien, partir à la recherche d'autres Veilleurs dans le passé, et affronter un comte du XVIIIe siècle, soi-disant immortel. Et gérer ses hormones perturbées par l’insupportable Gideon. Mais elle est le rubis, la douzième, l'ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.

Toujours aussi efficace, aussi drôle et aussi enlevé que le précédent, Bleu saphir met en scène une Gwendolyn qui a maintenant un nouvel allié en la personne ( ?) de Xemerius, un gargouillot, petit démon venu du Moyen-Âge qui la suit partout et ponctue ses faits et gestes de remarques souvent aussi caustiques qu’hilarantes. En revanche, tout est de plus en plus confus sur les intentions de chacun et le doute s’immisce partout.

Il tarde de lire le volume trois pour voir les fils se dénouer…

- Je suis désolée... vraiment ! On peut dire tout ce qu'on veut sur Charlotte, mais elle n'aurait même pas reniflé ce punch, c'est sûr et certain.

- C'est vrai, approuva Gideon avec un sourire. En tout cas, ces gens n'auraient pas non plus entendu Andrew Lloyd Weber deux siècles avant l'heure, et c'eût été vraiment dommage.

- Exact... Même si demain, je vais certainement vouloir rentrer sous terre, dis-je en m'enfouissant la tête dans les mains. En fait, dès maintenant, en y réfléchissant bien.

- Bonne nouvelle, constata Gideon. Ça veut dire que l'alcool perd déjà de son effet. Mais j'aurais encore une question : qu'est-ce que tu voulais faire avec une brosse à cheveux ?

- M'en servir comme micro, murmurai-je entre mes doigts. Oh, mon Dieu ! Je m'effraie moi-même.

Kerstin GIER, Bleu saphir

Milan Macadam

416 pages – 13,90 €

Titre original : Saphirblau – Paru en 2010 – Traduit en Français en 2011

L’auteur : Kerstin GIER est née en 1966 et a fait des études universitaires avant de passer à la pédagogie. Après divers emplois, elle a commençé en 1995 à écrire des romans. Elle habite avec son mari et son fils dans un village à proximité de Bergisch Gladbach. Son premier roman a été porté à l'écran en 1996. Pour la première fois avec La Trilogie des gemmes (Rouge rubis, Bleu saphir et Vert émeraude), elle s’essaie à la fantasy et au roman de jeunesse