Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2012

Le Journal de Katie Sutton (J. SMITH)

« Au cas où vous voudriez savoir quel génie méconnu écrit ce Guide d’utilisateur, c’est moi ! »

Katie Sutton a treize ans et s’est autoproclamée experte mondiale du comportement des Adultes. Ayant décidé d'écrire un guide qui permettra à tous les adolescents de faire fonctionner leur Adulte, elle est profite pour dérouler, au fil des jours, son journal intime. Là, elle raconte sa vie, celle de sa famille et, surtout, l’irruption dans la vie de sa mère d’un nouveau petit ami…

Ce Journal de Katie Sutton est un roman dans la plus pure tradition britannique du journal adolescent loufoque, comme Adrian Mole ou Georgia Nicholson. Il raconte la vie d’une adolescente de treize ans, avec ses hauts et ses bas, ses moments de fous-rires et… ceux de grande solitude ! Loufoque et farfelue, de nombreuses adolescentes s’y retrouveront.

L’originalité tient plutôt dans la mise en forme, puisque s’étant autoproclamée spécialiste de l’adulte, ce (faux) journal est entrecoupé de passages théoriques expliquant comment faire fonctionner son – ou ses – adulte sans encombres. S’y glisse des relations familiales aussi complexes qu’embrouillées, une mère qui retrouve l’amour, une grande sœur agaçante et un petit frère adorable, vous aurez une idée de la vie de Katie Sutton !

Le mode Compatissant

C’est un mode très rare. Les Adultes préfèrent généralement minimiser votre douleur avec des formules comme : « J’ai vu pire. »

« Une double pneumonie ? Je t’avais dit de mettre ta polaire. »

« Ca n’est pas la fin du monde. »

« Pense à autre chose. »

Ou ma préférée : « Tu t’en remettras. »

Le mode Compatissant se reconnaît au fait que l’Adulte nous accorde soudain toute son attention. Lorsque cela se produit, tirez-en le maximum sans attendre, parce que CA RISQUE DE NE PAS DURER LONGTEMPS.

-        Mon Dieu, qu’est-ce qui t’est arrivé ? s’est écriée maman en courant chercher un pack de glace dans le congélateur.

Je lui ai raconté que j’avais voulu essayer un coup difficile et que j’avais trébuché. J’ai préféré présenter ça comme un accident héroïque plutôt qu’une prise de risque inconsidérée.

 

Jenny SMITH, Le journal de Katie Sutton

Nathan

300 pages – 14,50 €

Titre original : Diary of a Parent Trainer – Paru en 2011 – Traduit en Français en 2012

Feuilleter un extrait : http://www.nathan.fr/feuilletage/?isbn=9782092539170

L’auteur : Jenny SMITH est née à Glasgow, au Royaume-Uni.  Son enfance a été bercée par les histoires que racontait son père, un excellent conteur, qui lui a transmis sa passion pour le récit. Elle a étudié la littérature anglaise à l’université de Glasgow et vit aujourd’hui avec son mari et leurs deux fils dans un petit village du comté d’Oxford.

Le site de l’auteur (en anglais): http://www.jennysmithonline.com

18:28 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Tags : nathan, smith, adolescente | |  Facebook | | |

05/05/2012

Luz (M. LEDUN)

« Des éclats de rire et des bruits de pas résonnent quelque part dans la maison. »

C’est l’après-midi du premier dimanche des vacances d’été. Luz s’ennuit, lassée de ces adultes qui restent à table jusqu'au milieu de l'après-midi, qui rient et qui boivent trop. Elle finit par claquer la porte de chez elle et partir retrouver ses soeurs. Légèrement grisée par le soleil brûlant, l'adolescente gagne les rives de la Volte où se prélassent des groupes de baigneurs. Elle rencontre bientôt Thomas, un élève de troisième qu’elle connaît peu mais qui lui plaît, accompagné d’une amie. Tous trois décident de se rendre jusqu’à un point d’eau difficile d’accès, mais beaucoup moins fréquenté…

Luz est un roman qui pourra apparaître un peu agaçant, à tourner autour du pot sans vraiment entrer dans le vif du sujet. Mais d’ailleurs quel sujet ? Les descriptions des dimanches en famille sont réalistes, les réactions de l’adolescente, partagée entre moralisme et tentation, également, cependant, le roman tarde à prendre son envol.

La narration s’organise autour d’une attente : Luz a quatorze ans, veut jouer avec son corps mais ne sait trop comment s’y prendre, avance et recule en même temps, tout ceci contribue à créer une atmosphère irritante, où le lecteur ne cesse d’attendre quelque chose et est presque déçu de la chose lorsqu’elle arrive, s’attendant à plus. Ou à pire.

Reste un roman qui procède par petites touches, dépeint avec justesse les incertitudes adolescentes et brosse une peinture au vitriol de la famille !

Thomas se crispe. Luz lui adresse un clin d’œil dans le dos de Manon. Il lui répond par un sourire qui semble vouloir dire : « Merci de ne pas avoir insisté. » Le cœur de Luz fait un bond dans sa poitrine. Elle pense à la bouteille d’alcool dans son sac et à son nouveau maillot de bain. Elle se dit qu’elle a rudement bien fait de descendre se baigner aujourd’hui et aussi que, si Manon n’était pas là, les choses seraient plus simples. Un sentiment confus de liberté l’envahit. Son MP3 diffuse à présent la mélopée mielleuse d’un tube de Lady gaga. Elle enfouit la main dans la poche de son sac, presse un bouton jusqu’à ce que retentissent les premières notes de California Girls de Katy Perry et rajuste ses écouteurs. Puis elle rattrape ses compagnons.

Marin LEDUN, Luz.

 Rat noir - Syros

120 pages – 14€

Paru en 2012

L’auteur : Né à Aubenas le 07 mai 1975, Marin LEDUN a publié deux romans Au Diable Vauvert : Modus Operandi (Prix des lecteurs 2008 du Livre de Poche) et Marketing Viral (sélection pour le Prix d'adaptation cinématographique 2009 de la Région Rhône-Alpes) ainsi qu'un volet des épopées de la journaliste Mona Cabriole aux éditions La Tengo : Le Cinquième clandestin.

Adepte de l'ultra-marathon (une épopée au choix de cent kilomètres ou de 24 heures de course, dépourvue de l'esprit de compétition qui anime le marathon ou beaucoup d'autres sports), Marin LEDUN est avant tout un romancier héritier du néo-polar, du « roman noir violent ». Il pose la question des limites du progrès et de la maîtrise des corps dans la société industrielle. Car avant de donner libre court à sa vocation d'écritures, Marin LEDUN a obtenu un Doctorat en communication politique. Il est d'ailleurs l'auteur de La Démocratie assistée par ordinateur, et il poursuit ses recherches sur la thématique de la souffrance au travail. (Source Ricochet)

Site internet de l’auteur : http://www.pourpres.net/marin

14:39 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Tags : syros, rat noir, ledun, alcool, adolescente | |  Facebook | | |

20/04/2012

Le Théorème des Katherine (J. GREEN)

« Le lendemain du jour où Colin Singleton, illustre enfant surdoué, fut reçu au bac et largué par sa dix-neuvième Katherine, il prit un bain. »

Colin est un jeune homme surdoué pour qui la femme idéale s'appelle Katherine. Il est d’ailleurs sorti avec dix-neuf Katherine… et s'est fait larguer chaque fois. C’est pourquoi, à la dix-neuvième rupture, il part noyer son chagrin dans un voyage avec son ami Hassan, dans l’Amérique profonde. Mais alors qu’il élabore une formule mathématique pour prédire la date de rupture avec sa prochaine Katherine, une rencontre va remettre en cause son idéologie de l’amour…

Le Théorème des Katherine est un roman totalement loufoque, où les lignes esquissées dans les précédents romans de John GREEN, la solitude adolescente et les blessures d’enfance, l’envie de tout plaquer et de partir à l’aventure, se marquent plus profondément et de manière plus mature. Car c’est l’histoire de deux handicapés sociaux, Colin, le surdoué qui désespère de connaître un jour sa minute Euréka qui fera changer le monde, et Hassan, un « type poilu d’origine libanaise à l’embonpoint conséquent » en année sabbatique car il n’ose affronter l’Université, qui vont se lancer sur les routes de l’Amérique pour s’arrêter finalement à Gutshot, célèbre pour abriter la tombe de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche ! Les rencontres vont être nombreuses, à la hauteur du reste, et vont permettre aux deux jeunes hommes de connaître une véritable initiation au monde réel et, comme dans tous les bons romans de ce type, de rentrer à la fois pareils et différents.

John GREEN a choisi d’alterner les moments de la narration, passant du présent au passé pour mieux retracer l’itinéraire sentimental de Colin, et agrémente le tout de formules mathématiques plus ou moins obscures, ainsi que de notes en bas de page qui viennent encore rajouter une voix supplémentaire à l’histoire.

S’il peut dérouter à première lecture, on passe un tr ès bon moment de lecture avec ce Le Théorème des Katherine, livre hybride et original, qui traite pourtant de thèmes plus graves, comme la difficulté d’être soi notamment.

- Tu ne t’es jamais demandée si les gens ne t’aimeraient pas plus, ou moins, s’ils pouvaient voir en toi ? J’ai toujours eu l’impression que les Katherine me larguaient au moment où elles commençaient à voir à quoi je ressemblais de l’intérieur. Exception faite de K-19. Je me suis toujours posé la question. Si les gens avaient la possibilité de me voir comme je me vois, moi, s’ils pouvaient vivre dans mes souvenirs, quelqu’un, n’importe qui, m’aimerait-il ?

- Colin ne m’aime pas. On sort ensemble depuis deux ans et il ne me l’a jamais dit. Mais je te garantis qu’il ne m’aimerait pas s’il pouvait voir en moi. (…) Mais s’il savait…

- Quoi ? Finis ta phrase.

- Je suis bidon. Je ne suis jamais moi-même. Je prends l’accent du Sud quand je suis avec les vioques ; je fais ma mordue de graphiques et de pensées profondes avec toi et la sémillante petite princesse avec Colin. Je ne suis rien. L’embêtant quand on avance dans la vie comme un caméléon, c’est qu’on arrive à un point où plus rien n’est réel. Le problème, c’est qu’on est… comment tu dis déjà ? Qu’on n’est pas important.

- Qu’on ne compte pas. Je ne compte pas.

- C’est ça, compter. Le seul point qu’on atteint, c’est celui où on compte pour du beurre.

John GREEN, Le Théorème des Katherine

Nathan

288 pages – 14,50 €

Titre original : An Abundance of Katherines  – Paru en 2006 – Traduit en Français en 2012

Feuilleter un extrait : http://www.nathan.fr/feuilletage/?isbn=9782092537091 

L’auteur : John Green est né en 1977 à Indianapolis. Il a décidé de devenir écrivain après avoir compris qu’il était « doué pour mentir et rester assis ». Il a gagné le Michael L. Printz Howard pour son premier roman, Qui est-tu Alaska ? Il est l’auteur également de La Face cachée de Margo. Le Théorème des Katherine est son deuxième roman.

Site de l’auteur : http://johngreenbooks.com

Vlog de l’auteur (et son frère) : http://www.youtube.com/vlogbrothers

15/04/2012

En fuite (T. ROBBERECHT)

« Au moment précis où mon père m’a réveillé en me touchant l’épaule, mon rêve s’est envolé. »

Un divorce qui se passe mal et un père, désespéré de ne voir ses enfants qu’un week-end sur deux, qui les kidnappe. S’ensuit pour Mathieu, le narrateur, neuf ans à l’époque, et sa sœur Lucille, trois ans, une cavale de huit années à travers la France, faite de départs précipités, de rencontres fugaces et de précarité, à fuir les avis de recherche où leurs photos leur ressemblent de moins en moins en moins. Et, toujours, cette impression d’être déchirés, à devoir choisir entre l’un et l’autre des parents, à devoir trahir l’un ou l’autre…

En choisissant de s’inspirer d’un fait-divers marquant, Thierry ROBBERECHT raconte une histoire lourde, très lourde, celle de deux enfants sacrifiés sur l’autel de dissensions familiales et condamnés à l’errance, à la clandestinité et, surtout, au choix : trahir leur père ou rester à ses côtés.

La narration menée par le jeune garçon devenu adolescent, toute en subtilité et en retenue, souligne bien cet état de fait, mais on pourra regretter un fin un peu trop mélodramatique, en rupture avec le reste du roman. S’il s’adresse à des adolescents à partir de treize, certains pourront lui reprocher un « manque d’action », là où d’autres sauront apprécier l’accent mis sur les relations familiales, et le lien particulier avec Lucille, la petite sœur devenue étrangère au monde.

En fuite est un roman qui interroge, qui vient remuer le lecteur et le laisse avec une certaine amertume, celle de vies « restée[s] en suspens pendant huit ans ».

Je n’ai pas pris la peine de poursuivre la conversation et j’ai rassemblé mes affaires. Des livres, des cahiers, des carnets de notes et de dessins, voilà mes seuls trésors ?

J’ai profité de ce que Papa était en train de remplir le coffre pour griffonner quelques mots à Maman. Que lui ai-je écrit ? Que Lucille l’embrassait et qu’on ne l’oubliait pas… Jamais !

Je n’osais pas lui dire qu’on l’aimait. J’avais l’impression de ne pas être digne de ce mot. Quelque chose en moi savait bien que, par fidélité à Papa, je n’entreprenais pas tout ce qui était possible pour la revoir.

Après avoir caché le message sous des pieds de mon lit, je me suis rendus compte que Lucille ne s’était pas levée. Toujours couchée, elle pleurait en silence.

Quand j’ai soulevé la couette, j’ai découvert le visage de ma sœur baigné de larmes. Je lui ai caressé les cheveux. Je comprenais son désespoir et, pourtant, je ne pouvais rien faire pour elle.

- C’est pas juste, elle a chuchoté parce qu’elle craignait que Papa ne  l’entende.

S’il avait surpris ma sœur en pleurs, il ne se serait pas mis en colère, non, il se serait plutôt décomposé sous le choc. Depuis notre fuite, Lucille et moi, nous craignions surtout son désespoir à lui. Nous  préférions cacher notre douleur plutôt que d’affronter la sienne.

Thierry ROBBERECHT, En fuite.

Rat noir - Syros

144 pages – 12,50€

Paru en 2012

Feuilleter un extrait : http://www.syros.fr/feuilletage/viewer.php?isbn=9782748511840

L’auteur : Thierry ROBBERECHT est né à Bruxelles en 1960. Il a deux enfants très inspirants de onze et dix-sept ans. En 1993, il a gagné le prix de la communauté française dans le cadre de la Fureur de Lire, avec une nouvelle pour adultes. Depuis 1996, il est auteur jeunesse. Il a débuté avec des romans pour adolescents ou préadolescents. Il a poursuivi avec des textes illustrés, au fil de rencontres avec divers dessinateurs. Actuellement, il travaille sur un polar pour adultes.

07/04/2012

Un Cri dans la forêt (M. LEDUN)

« La forêt de pins s’étend à perte de vue. »

Partis cueillir des champignons dans la forêt interdite, Lucas et Antonin ont trouvé un trésor de cèpes et de bolets. À mesure que leurs paniers se remplissent, ils se sont enfoncés un peu plus profondément dans le bois, les yeux brillants d’excitation. Mais la nuit les ramène à la réalité. Les rouges-gorges ont disparu. Les cris du corbeau se sont tus. Les deux enfants perdus découvrent alors, au détour d’un bosquet, un lac et une île mystérieuse qui semble habitée…

Gentil roman destiné aux jeunes lecteurs d’une dizaine d’années, Un Cri dans la forêt joue avec les peurs enfantines : la désobéissance et ses conséquences, l’imagination qui déforme tout, une amitié indéfectible. L’histoire commence comme un Petit Chaperon rouge à la mode landaise et se termine aussi gentiment qu’elle avait commencée : dans les champignons !

- Ma mère va se faire du mauvais sang. Je n’aurais jamais dû te suivre. Si t’avais pas insisté, on ne se serait pas perdu en pleine forêt !

Les joues d’Antonin s’empourprent violemment.

- Tu oses dire que c’est de ma faute ?

- Parfaitement !

- T’es gonflé ! Si je me souviens bien, on avait tous les deux envie de remplir ce panier de champignons. J’ai forcé personne !

Lucas se mord la lèvre pour ne pas répondre à nouveau. S’énerver ne servirait à rien.

- Ecoute, c’est pas le moment de se disputer. Je…

- C’est toi qui m’accuses et c’est moi qui porte les sacs ! Je croyais que tu connaissais cette forêt.

Un silence coupable s’abat sur eux.

Marin LEDUN, Un Cri dans la forêt.

Souris noire - Syros

140 pages – 6€

Paru en 2010

L’auteur : Né à Aubenas le 07 mai 1975, Marin LEDUN a publié deux romans Au Diable Vauvert : Modus Operandi (Prix des lecteurs 2008 du Livre de Poche) et Marketing Viral (sélection pour le Prix d'adaptation cinématographique 2009 de la Région Rhône-Alpes) ainsi qu'un volet des épopées de la journaliste Mona Cabriole aux éditions La Tengo : Le Cinquième clandestin.

Adepte de l'ultra-marathon (une épopée au choix de cent kilomètres ou de 24 heures de course, dépourvue de l'esprit de compétition qui anime le marathon ou beaucoup d'autres sports), Marin LEDUN est avant tout un romancier héritier du néo-polar, du « roman noir violent ». Il pose la question des limites du progrès et de la maîtrise des corps dans la société industrielle. Car avant de donner libre court à sa vocation d'écritures, Marin LEDUN a obtenu un Doctorat en communication politique. Il est d'ailleurs l'auteur de La Démocratie assistée par ordinateur, et il poursuit ses recherches sur la thématique de la souffrance au travail. (Source Ricochet)

Site internet de l’auteur : http://www.pourpres.net/marin

18:11 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Tags : syros, souris noire, ledun, enfant, forêt | |  Facebook | | |