Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2013

La Liste (S. VIVIAN)

« Aussi loin qu’on s’en souvienne, les élèves qui arrivent en cours le dernier lundi de septembre au lycée de Mount Washington y découvrent une liste nommant la fille la plus jolie et la plus moche de chaque niveau. »

IMG_0351.JPGUne tradition odieuse sévit au lycée de Mount Washington : tous les ans, une semaine avant le bal de début d’année, une liste est placardée dans les couloirs. Personne ne sait qui établit cette liste. Et personne n’a jamais réussi à empêcher qu’elle soit publiée. Invariablement, chaque année, la plus belle et la plus laide des troisièmes, des secondes, des premières et des terminales sont désignées. Huit filles en tout. Huit filles qui se retrouvent sous les projecteurs impitoyables du lycée. Huit filles qui vont voir leur vie brusquement changer… pour le meilleur ou pour le pire ?

A la fois typiquement américain – on y retrouve l’univers des séries télévisées américaines – et complètement universel, le roman de Siobhan VIVIAN traite du rapport aux autres, de l’image que l’on offre de soi et de l’angoisse suscitée par ce regard extérieur, à la fois d’un conformisme sans nom et d’une dureté sans égale. Sont mis au ban les différents, les moins « jolis » selon une norme archétypale, les plus marginaux, les plus complexés aussi. Sont déclarés laids, en l’occurrence laides ici, celles qui n’ont pas le souci de leur apparence, celles qui préfèrent se consacrer à une passion, celles qui ne sont pas entourées d’un aréopage d’amies plus ou moins bienveillantes. A l’inverse sont belles les populaires, les lisses, les stéréotypées, celles qui parfois ne conserveront comme seul titre de gloire de toute leur existence celui d’avoir été élue reine du bal.

La Liste n’est cependant ni un roman moralisateur, ni un roman à l’emporte-pièce. Il montre également que le fait d’avoir son quart d’heure de gloire peut donner confiance à certaines, ou au contraire les remotiver, et que d’autres valeurs peuvent permettre de surmonter ce simple bout de papier qui décide de la place de chacun pour une année ; jusqu’à l’année prochaine…

- Tu essayes juste de me punir pour la liste ! Parce que tu es jalouse !

Le visage de Fern se fige.

– C’est pitoyable.

Abby a l’impression d’être arrivée en haut d’une pente abrupte et d’être précipitée dans la descente sans pouvoir ralentir.

– Bien sûr que si. Tu es jalouse parce que je suis jolie et que tu es moche et que tout le monde le sait.

L’espace d’une seconde, elle se sent mieux. D’avoir dit ce qu’elle pensait, et ce qui pouvait faire le plus mal à Fern. Mais la seconde après, elle n’arrive plus à respirer.

Tout se passe très vite. Fern blêmit, puis les larmes se mettent à couler, comme si elles étaient accumulées la longtemps, n’attendant que l’occasion de se déverser.

– Merci, Abby, je sais que je suis moche. Moi aussi, j’étais sur la liste.

Abby est choquée d’entendre sa sœur parler ainsi ; se traiter elle-même de moche.

- Mais non. La liste n’a pas mentionné ton nom. En plus, tu l’as dit toi-même, personne ne fait le lien entre nous.

Fern s’essuie les yeux, ce qui n’arrange pas grand-chose.

– Je ne te parle pas de la liste de cette année.

La honte lui fait détourner les yeux.

– J’étais sur celle de l’an dernier. J’étais la plus moche des premières.(…)

- Comment je pouvais le savoir ? demande-t-elle. Et tu as dit que la liste ne changeait rien.

– C’est vrai, confirme Fern d’une voix plate qui contraste étrangement avec ses larmes. Pas besoin d’une liste idiote pour me dire que ce que je sais déjà.

Abby ouvre la bouche, mais aucun son n’en sort. Elle ne sait pas quoi répondre.

– Mais je ne regrette pas d’avoir rapporté sur toi, Abby. Je trouve ça dingue que tu considère cette liste comme ton seul atout. Sérieux, je ne comprends pas comment quelqu’un comme toi peut avoir aussi peu d’estime de soi.

Siobhan VIVIAN, La Liste

Nathan

416 pages – 15,50€

Lire un extrait : http://www.nathan.fr/feuilletage/?isbn=9782092543375

Site de l’auteur (en anglais) : http://www.siobhanvivian.com

Titre original : The List  – Paru en 2012 – Traduit en Français en 2013

L’auteur : Siobhan VIVIAN est née en 1979, à New York. C’est là qu’elle a grandi, puis fait ses études. Elle a obtenu un diplôme de scénariste (pour le cinéma et la télévision) à l’Université des arts, puis un Master d’écriture à la New School University. Après avoir été éditrice pour la maison d’édition Alloy Entertainment et scénariste pour Disney Channel, Siobhan VIVIAN partage aujourd’hui son temps entre écriture et enseignement de l’écriture à l’université de Pittsburgh.

21/02/2013

Nos Etoiles contraires (J. GREEN)

« L'année de mes dix-sept ans, vers la fin de l'hiver, ma mère a décrété que je faisais une dépression. »nathan, cancer, green,adolescents,littérature

Hazel a seize ans et elle est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Poussée par sa mère, et bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle va rencontrer Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux , l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence…

Il est difficile de parler d'un roman qui, a priori, fait l'unanimité. Et pourtant, il serait dommage de passer à côté de celui-ci pour cette même raison. Nos étoiles contraires, titre français inspiré du Roméo et Juliette de Shakespeare, alors que le titre original empruntait au Jules César du même William, est un roman magnifique, émouvant bien sûr – comment pourrait-il en être autrement avec un sujet pareil – mais jamais larmoyant ou misérabiliste.

Au commencement, il y a un livre : Une Impériale Affliction, d’un certain Peter Van Houten, héritier de la dynastie chocolatière. Livre unique d’un auteur qui se refuse à en écrire d’autres, voire à communiquer sur son livre. Retiré à Amsterdam, alcoolique et misanthrope, il regarde s’entasser autour de lui les sacs de courrier que les lecteurs adressent à son éditeur. Parce que c’est son livre préféré, un livre « particulier, rare et personnel », Hazel va le faire découvrir à Augustus, en échange d’un livre de chasseur de zombies. La passion qu’Augustus à son tour va éprouver pour le roman  sera ce qui va les souder plus solidement que n’importe quelle autre chose, cancer compris.

Car c’est toute la force de ce livre que de dire les choses : les héros sont des adolescents, ils sont malades, voire condamnés pour la plupart, ne l’éludent pas, au contraire. Avec un humour presque noir, John GREEN s’empare de toutes les situations, depuis le groupe de parole avec l’animateur qui raconte pour la énième fois son « cancer des couilles » au « Vœu » accordé aux enfants malades pour qu’ils réalisent leur vœu le plus cher. C’est ainsi qu’Augustus va utiliser le sien pour emmener Hazel rencontrer l’écrivain de son cœur et découvrir que les livres sont souvent plus beaux que ceux qui les écrivent, que les héros gagnent à rester de papier.

En accéléré, les deux adolescents vont vivre leur éducation sentimentale, sous le regard de leurs parents, à la fois rassurés de les voir se comporter en ados et terrifiés de les sentir s’envoler. Tout en subtilité, John GREEN évoque la maladie et ses manifestations les plus concrètes, l’ami devenu aveugle, la mort enfin, qui ne viendra pas là où on l’attend…

« La faute, cher Brutus, n’est pas dans nos étoiles Mais en nous-mêmes, si nous sommes des sous-fifres. » Mais quels sous-fifres ! Nos Etoiles contraires est un roman rare, à lire absolument.

– Ton cancer ne disparaîtra pas, Hazel. Mais on a vu les gens vivre pas mal de temps avec le niveau de pénétration de ta tumeur. (Je n’ai pas demandé à quoi correspondait pas mal de temps. J’avais déjà commis l’erreur par le passé.) Je sais que, sortant de soins intensifs, tu n’as pas forcément cette impression, mais pour le moment, le problème de liquide est gérable.

– On ne pourrait pas me  transplanter un poumon ? ai-je demandé.

Le Docteur Maria s’est mordu la lèvre.

– Ta candidature à une transplantation ne sera malheureusement pas retenue, a-t-elle expliqué.

J'ai tout de suite compris : ce n'était pas la peine de gâcher de bons poumons pour un cas désespéré. J'ai hoché la tête en efforçant de ne pas montrer que j'étais blessée. Mon père a commencé à pleurer. Je n'ai pas regardé, mais comme plus personne ne parlait, on entendait plus que ses hoquets dans la salle.

Je détestais lui faire du mal. La plupart du temps, je parvenais à oublier cette inéluctable vérité : certes, mes parents étaient heureux de m’avoir auprès d’eux, mais j’étais aussi à moi seule leur souffrance.

John GREEN, Nos étoiles contraires

Nathan

330 pages – 16,50 €

Titre original : The Fault in Our Stars  – Paru en 2012 – Traduit en Français en 2013

Feuilleter un extrait : http://www.nathan.fr/feuilletage/?isbn=9782092543030

L’auteur : John Green est né en 1977 à Indianapolis. Il a décidé de devenir écrivain après avoir compris qu’il était « doué pour mentir et rester assis ». Il a gagné le Michael L. Printz Howard pour son premier roman, Qui est-tu Alaska ? Il est l’auteur également de La Face cachée de Margo et du Théorème des Katherine.

Site de l’auteur : http://johngreenbooks.com

Vlog de l’auteur (et son frère) : http://www.youtube.com/vlogbrothers

18:12 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Tags : nathan, cancer, green, adolescents, littérature | |  Facebook | | |

29/01/2013

Hercule, attention travaux ! (E. TREDEZ)

« Je m’appelle Hercule et je suis nouveau à l’école Théo-Jasmin. »

Hercule a un prénom qui rime avec « ridicule », et il le sait bien ! Alors, pour se faire des amis dans sa nouvelle école, il est prêt à tout. Même à réaliser les douze travaux que le héros dont il porte le nom a menés avant lui ! Mais où trouver une hydre, un dragon, un chien à trois têtes ? Pas facile d'être un héros !

Dans l’esprit des romans de cours de récré, les mésaventures d’Hercule et les situations cocasses où il se retrouve entraîné plairont aux plus jeunes… tout en leur faisant réviser la mythologie !

– Arrêtez ! J'ai une idée ! s’est-il écrié. Puisque le nouveau s’appelle Hercule, pourquoi on ne lui ferait pas faire douze travaux à lui aussi ?

Entre parenthèses, maintenant, je sais pourquoi Hercule a dû accomplir ces travaux tous plus infaisables les uns que les autres. Un jour, frappé de folie par la déesse Junon, qui le déteste, il a commis un crime horrible : il a massacré sa femme et ses enfants ! Alors, pour se racheter, il a accepté d’effectuer douze travaux pour le compte de son cousin, le roi Eurysthée.

Emmanuel TREDEZ, Hercule, attention travaux !

Nathan

160 pages – 5 €

Paru en 2012

Feuilleter un extrait : http://www.nathan.fr/feuilletage/?isbn=9782092540688

L’auteur : Né à Paris en 1968, Emmanuel TREDEZ vit à Cachan, à quelques kilomètres de la capitale, avec sa femme et ses deux enfants. Depuis une douzaine d’années, il a la chance d’exercer deux métiers formidables : éditeur de livres documentaires jeunesse dans une grande maison d’édition et auteur de romans pour enfants. En tant qu’auteur, il aime tout particulièrement jouer avec les mots, comme dans Le Cachalot nage dans le potage, La carotte se prend le chou ou L’araignée est une fine mouche, trois polars parodiques parus chez Nathan.

18:42 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Tags : nathan, trédez, mythologie, humour | |  Facebook | | |

30/12/2012

Victoria rêve (T. DE FOMBELLE)

« Victoria se retourna vers celui qui la suivait dans l’ombre. »

Victoria veut une vie d'aventures, une vie folle, une vie plus grande qu'elle. Autour d'elle, on dit  : « Victoria rêve ». Sauf que, depuis quelque temps, un monde imaginaire débarque dans son existence : l'impression qu'une foule de personnages descend de sa bibliothèque en rappel pour venir semer la pagaille. Y a-t-il un lien avec les livres qui disparaissent de sa chambre ?

Court récit d’un peu moins de cent vingt pages, joliment illustré par François PLACE, ce Victoria rêve a des allures de conte presque philosophique, à la manière du Petit Prince. La jolie rêveuse, pourtant bien ancrée dans la réalité, a des idées bien arrêtées sur tout et surtout ce qu’elle ne veut pas. Elle évolue dans un univers qu’elle poétise en y posant son regard un peu décalé, empreint de ses lectures, et le transfigure, sans jamais oublier cependant qu’il y a la vie réelle.

Annoncé pour lecteurs à partir de neuf ans, Victoria rêve risque cependant de dérouter les jeunes lecteurs, qui chercheront vainement l’action et l’aventure promises. Les autres, les plus grands ou les plus rêveurs, sauront apprécier la douceur de cette bulle littéraire, légère et fragile.

Victoria s’engouffra dans la nuit. Depuis quelques temps, un monde imaginaire débarquait dans son existence. Elle avait l'impression d'une foule de personnages qui descendait de sa bibliothèque en rappel pour venir semer la pagaille. Victoria voulait savoir ce qui lui arrivait. Y avait-il un lien avec les livres qui disparaissaient de sa chambre ? Toutes ces pages étaient-elles en train de se glisser à l’intérieur de sa vie ?

Cela devenait sérieux, étourdissant, comme une invasion.

Timothée de FONTBELLE, Victoria rêve.

Gallimard Jeunesse

112 pages – 13,50€

Paru en 2012

L’auteur : Timothée de FOMBELLE est né en 1973. D'abord professeur de lettres, il se tourne tôt vers le théâtre. En 1990, il crée une troupe pour laquelle il écrit des pièces qu'il mettra lui-même en scène. Depuis, il n'a cessé d'écrire pour le théâtre.
Sa pièce Le phare, écrite à dix-huit ans, est traduite et jouée en Russie, Lituanie, Pologne et au Canada. Son texte Je danse toujours (Actes Sud) a été lu à l'ouverture du festival d'Avignon, en 2002. Tobie Lolness a été traduit en 28 langues et a reçu de nombreuses distinctions dont le prix Andersen (Italie), le Marsh Award, le prix Tam-Tam et le prix Sorcières. En 2010, paraît Vango (Prix Livre entête - roman Ado 2011 ; Prix "Les mordus du polar" 2011 ; Prix jeunesse 2011 des libraires du Québec), une histoire en deux volumes, dont le tome 2 est publié en 2011.

27/12/2012

Little Brother (C. DOCTOROW)

« Je suis en dernière année au lycée Cesar Chavez, dans le quartier de Mission, à San Francisco, ce qui fait de moi une des personnes les plus surveillées du monde. »

Fan de nouvelles technologies et de jeux vidéo en réseau, Marcus, dix-sept ans, mène une vie sans histoires, même s'il défie parfois les caméras de surveillance du lycée ou pirate quelques sites Internet. Jusqu'au jour où, suite à un attentat terroriste,  il est emprisonné et torturé. Marcus va alors décider de combattre les abus du pouvoir en utilisant ses talents informatiques. Un acte de résistance, qui se transformera en un vaste mouvement de rébellion...

Hommage au Big Brother de G. ORWELL, ce Little Brother est d’une redoutable efficacité. Dense, plein de données techniques très très techniques, mené tambour battant, ce gros roman se dévore d’une traite et nous fait basculer très vite du côté des Résistants, ceux qui refusent de se laisser emprisonner dans les filets  de l’ultra informatique.

Mais le talent de Cory DOCTOROW n’est pas simplement de délivrer un manifeste militant, il a su également le mettre au service d’une histoire d’amour et d’amitié, de relation parents-enfant, et le doubler d’une réflexion sur le pouvoir et ses limites.  

Récit d’initiation, Little Brother raconte la transformation d’un adolescent un peu geek en un révolutionnaire qui saura entraîner à sa suite ceux qui, comme lui, refusent de se laisser asservir par la technologie mais entendent en rester les maîtres.

– Van, ce n'est pas moi le problème, c'est eux. Ce n'est pas moi qui arrête les gens, qui les envoie en taule et les fais disparaître. C’est le DHS. Moi, je le combats pour l’obliger à cesser tout ça.

– Comment, en aggravant les choses ?

– Si c’est le prix à payer pour qu’elles s’arrangent, oui. Tu l’as dit toi-même : si tout le monde se faisait embarquer…

– Ce n’est pas du tout ce que je voulais dire. Je n’étais pas en train de te conseiller de faire arrêter tout le monde. Si tu veux protester, va donc manifester avec les autres. Sois un peu constructif. Tu n’as vraiment rien appris, avec Darryl ? Rien de rien ?

– Oh si, j’ai appris, ai-je répliqué. (Je m’énervais à mon tour.) J’ai appris qu’on ne peut pas faire confiance à ces gens-là. Que, si on ne les combat pas, on fait leur jeu. Qu’ils vont transformer ce pays en prison si on les laisse faire.(..) Si on ne fait rien, ça ira de pire en pire. Tu vas aider Darryl ? Aide-moi faire tomber ces gens-là !

Voilà que ça me reprenait. Mon vœu solennel. Non pas de délivrer Darryl, mais d’abattre le Département de la Sécurité Intérieure. C’était complètement dingue, j’en avais bien conscience. Mais j’avais l’intention de le faire. Et je n’en démordrais pas.

Van m’a repoussé à deux mains. C’était une athlète – elle pratiquait au lycée l’escrime, la crosse, le hockey sur gazon, tous les sports de filles : je me suis retrouvé le cul sur le trottoir. Elle est partie, et je n’ai pas essayé de la retenir.

Cory DOCTOROW, Little Brother

Presse Pocket

448 pages – 18,80 €

Paru en 2012

L’auteur : Cory DOCTOROW est un auteur de science-fiction canadien. Parallèlement à sa carrière d'écrivain, il s'occupe d'un blog et rédige des chroniques pour de nombreux journaux (The Guardian, The New York Times), magazines (Publishers Weekly) et site internet. Il a également contribué à l'Electronic Frontier Foundation, une organisation qui défend les libertés individuelles des internautes. Ses romans, traduits dans une vingtaine de langues, sont d'abord publiés sur le Net avant de paraître en librairie. C'est le buzz généré par cette mise en ligne qui perpétue le succès de Cory Doctorow. (Source Ricochet)

Sites de l’auteur (en anglais) : http://craphound.com - http://boingboing.net/author/cory_doctorow_1