Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2010

13 Petites Enveloppes bleues (M. JOHNSON)

13petites enveloppes bleues.jpg« Chère Ginger, Je n’ai jamais beaucoup aimé les règles. Tu le sais. Alors tu vas sans doute trouver bizarre que cette lettre soit remplie de règles que j’ai établies et que je veux que tu suives. »

Ginny est une jeune américaine de dix-sept ans qui mène une vie bien rangée chez ses parents. Timide, un peu gaffeuse et plutôt introvertie, trop bien élevée, « trop normale », elle a cependant  toujours adoré rendre visite à sa tante Peg, la petite sœur de sa mère. Tante Peg, c’était la fantaisie à l’état pur, l’imprévisible permanent, l’absence totale de règles.

Le problème, c’est que tante Peg vient de décéder d’un cancer du cerveau et qu’elle a laissé à sa nièce chérie un gros paquet : à l’intérieur treize petites enveloppes bleues et une carte bancaire. Ginny va alors s’embarquer dans un périple qui va lui faire traverser l’Europe et rencontrer une foule de gens inattendus.

Le roman de Maureen JOHNSON propose une jolie vision de l’adolescence, moment des grandes découvertes et des timidités irraisonnées. En suivant les « consignes » de sa tante, Ginny va apprendre à se dépasser, à oser ce qu’elle n’aurait jamais tenté par elle-même, à grandir tout simplement.

Si ce premier roman de Maureen JOHNSON n’a pas le charme du suivant (Suite Scarlett), il en présente néanmoins nombre de caractéristiques communes : une héroïne un peu empruntée, découvrant l’amour et ses affres, un univers un peu bohème et un personnage fantasque qui jouera les initiatrices. 13 petites enveloppes bleues est rafraîchissant et saura séduire les jeunes filles dès onze-douze ans.

«Règle n° 1 : tu ne peux emporter que ce qui tiendra dans ton sac à dos.
Règle n° 2 : tu ne dois emporter ni guides de voyage ou de conversation, ni aucune aide pour les langues étrangères.
Règle n° 3 : tu ne peux pas prendre d'argent en plus, ni de carte de crédit, de chèques de voyage, etc.
Règle n° 4 : pas d'expédients électroniques. Ce qui signifie pas d'ordinateur portable, de téléphone portable, de musique, d'appareil photo.
C'est tout ce que tu as besoin de savoir pour l'instant. Rendez-vous à la Quatrième Nouille.»

Maureen JOHNSON, 13 Petites Enveloppes bleues.

Scripto – Gallimard

360 pages – 13€

Sorti en poche en juin 2010 – Pôle fiction – 6,60€

Titre original : 13 Little Blue Enveloppes – Paru en 2006 – Traduit en français en 2007

L’auteur : Maureen Johnson est née et a grandi à Philadelphie, en Pennsylvanie. Enfant, Maureen lisait sans arrêt, comme beaucoup de lecteurs qui finissent par écrire. Elle a étudié la dramaturgie et l'écriture romanesque à l'Université de Columbia. Avant de pouvoir vivre de sa plume, elle a pratiqué bon nombre de petits boulots de New York à Londres en passant par Las Vegas. Elle vit aujourd'hui à New York avec son mari.
Treize petites enveloppes bleues, son quatrième roman pour adolescents, était le premier publié en France. Suite Scarlett, le second, est paru en 2010.

Site internet : www.maureenjonhsonbooks.com

23/07/2010

Libérer Rahia (Y. HASSAN)

Libérer Rahia.jpg« Le jour où mon père m’a annoncé que nous quittions définitivement le Maroc, j’aurais sauté au plafond de joie. »

Blandine est en effet ravie de rentrer à Paris après ces quatre années passées au Maroc. Sa mère, elle, l’est beaucoup moins : elle a pris goût à cette vie facile, à ses domestiques, et n’entend pas y renoncer. Croyant bien faire, Blandine va proposer de ramener avec eux Rahia, la fille de leurs domestiques, âgée de treize ans. Ainsi elle pourrait aider sa mère tout en logeant dans la chambre de bonne et allant au collège. Malheureusement, tout ne va se passer comme elle l’imaginait…

Roman à trois voix – celle de Blandine, celle d’Antoine, le fils de la concierge, et celle de David, meilleur ami d’Antoine – Libérer Rahia aborde la question de l’esclavage moderne. Il montre parfaitement la mécanique qui se met en place, dont piégeur et piégé ne parviennent plus à s’extirper. Blandine se sent responsable de la situation de Rahia cependant, elle n’ose la dénoncer car elle a peur des conséquences pour ses parents.

Le roman pose notamment la question de la dénonciation : dénonciation ou signalement ? Où se trouve la frontière ? L’intrigue est un peu légère, notamment quant elle s’avise de mêler une relation amoureuse à l’intérieur du trio d’amis, et la fin est un peu précipitée, mais c’est un roman qui plaira par sa brièveté et son efficacité.

Elle était si triste, quand je lui ai annoncé notre départ, que j’en ai eu de la peine.

- Peut-être pourras-tu venir me voir un jour ? lui ai-je alors dit pour la consoler, tout en sachant que c’était peu probable car ses parents n’auraient jamais les moyens de lui payer le voyage.

Et c’est à ce moment-là que cette idée stupide m’a traversé l’esprit.

Pourquoi, pourquoi ?

Mais qu’est-ce qui m’a pris ?

Jamais je ne me le pardonnerai.

Je n’avais pourtant pas la moindre intention de lui nuire. Au contraire, je pensais bien faire. J’étais même fière de moi. Pauvre pomme !

Yaël HASSAN, Libérer Rahia.

Casterman Feeling

140 pages – 8 €

Paru en 2010

L’auteur : Yaël Hassan est née en 1952 à Paris, passe son enfance en Belgique, finit ses études en Israël, y travaille, puis revient en France quelques années plus tard. En 1997, elle publie son premier roman, Un grand-père tombé du ciel. Viendront ensuite, dans la même collection, Manon et Mamina et Quand Anna riait.

22/07/2010

Quatre soeurs (M. FERDJOUKH)

Quatre soeurs.jpg« Parfois, Enid aurait aimé avoir moins de soeurs. »

Enid est la benjamine des sœurs Verdelaine. Elle a neuf ans, vit avec ses quatre sœurs dans la Vill’Hervé depuis que leurs parents sont décédés dans un accident de voiture et évolue dans un univers peuplé de TOCS  (dix-sept pas séparent la maison de l’arrêt d’autobus), de personnages aussi étranges  qu’une chauve-souris, un écureuil, un fantôme musicien ; elle parle aussi régulièrement à ses parents, qui ont la manie de surgir n’importe quand. A part ça, c’est une petite fille tout à fait normale, heureuse, malicieuse, peste à ses heures. Parce que la vie n’est pas facile quand on est la dernière…

Hortense quant à elle est l’avant-dernière des filles Verdelaine. Elle a onze ans, passe son temps à lire et à écrire son journal. Mais son rêve secret, c’est de devenir actrice. Heureusement, une rencontre inattendue avec Muguette en haut d’une falaise va décider de son destin…

Bettina, c’est la peste. Quatorze ans, la seule des cinq sœurs à avoir SA salle de bain, qu’elle occupe à longueur de temps (quand elle ne lit pas Futile ou qu’elle ne regarde pas le deux-centième épisode de Cooper Lane), elle ne se déplace jamais sans ses deux inséparables copines (Béhotéguy et Denise). Mais quand elle va rencontrer – enfin- l’amour, il ne ressemblera pas à ce qu’elle attendait…

Enfin l’été verra l’épanouissement de la plus effacée des sœurs, la plus dévouée et… la plus passionnée : Geneviève. Celle qui lave plus blanc que blanc, celle qui ressemble à Marilyn Monroe quand elle met des talons, celle qui pratique la boxe thaï en faisant croire qu’elle fait du baby sitting. Seize ans, un petit boulot de vendeuse de glace pour l’été et un premier grand amour au parfum du danger…

Difficile de résumer l’esprit qui règne dans ce roman : tour à tour profondément ancré dans le quotidien et subitement filant vers la fantaisie la plus débridée. L’univers est celui de tout le monde : c’est celui de l’enfance, de cette époque où l’on se régalait des aventures du Club des Cinq (et Enid sait à merveille, à l’instar de son illustre homonyme, nous entraîner dans des souterrains et des puits enfouis), où l’on chantait à tue tête devant Peau d’Âne préparant sa galette et regardant sortir le poussin de l’œuf cassé, mais c’est aussi celui du chagrin et de la perte (les cinq sœurs Verdelaine ont perdu deux ans plus tôt leurs parents dans un accident d’automobile).

Les noms sont improbables, les situations cocasses, Malika FERDJOUKH semble avoir un sérieux penchant pour les bras-cassés, les fêlés qui, comme le dit si bien Anna Gavalda, « laissent passer la lumière » et l’on ressort de cette lecture avec un large sourire aux lèvres et l’envie d’ouvrir sa porte pour laisser entrer le soleil.

- Est-ce que je peux dire encore un truc ? réclama Enid. La deuxième chose que je préfère, c’est quand je dis que je m’appelle Julia.

Charlie parut scandalisée.

- Tu as honte de ton prénom ? celui que ta mère et ton père t’ont choisi pour la vie ?

- La vie, c’est long.

- Vous savez bien que c’est le hasard s’ils m’ont appelé Enid.

C’était vrai. Dans la chambre de la clinique où Mme Verdelaine exhibait fièrement son nourrisson anonyme, M. Verdelaine énumérait le dix millième prénom du Dico des Prénoms. Aucun ne leur plaisait. Lucie Verdelaine avait alors formulé une espèce de vœu :

- Le premier prénom de fille qui sera prononcé dans cette chambre sera celui de ce bébé sans nom.

Il s’écoula quelques heures et quelques visites durant lesquelles Lucie et Fred épièrent phrases et paroles. Elle avait eu quelques sueurs froides lorsqu’on lui apporta le dernier best-seller de Myrtille trouvé. Mais le prénom ne fut pas prononcé.

Arriva le moment où Charlie, qui passait voir sa mère en sortant du lycée, alluma la télé à la seconde où un homme braillait sur l’écran : « j’en parlerai à Enid, ma femme. » Il s’agissait d’un film avec Jerry Lewis et Dean Martin. Lucie avait regardé Fred. Et vice-versa. En chœur ils avaient lancé :

Charlie, voici ta sœur Enid !

Charlie n’avait pas été étonnée outre-mesure. Elle-même devait son prénom à l’héroïne de L’ombre d’un doute. La boucle se bouclait.

Malika FERDJOUKH, Quatre sœurs.

Médium – Ecole des loisirs

608 pages – 19,50 €

Paru en 2010

NB : quatre romans portant chacun le nom d’une des sœurs ont été publié en 2003 et sont désormais réunis en un seul.

L’auteur : Malika Ferdjoukh est née à Bougie, en Algérie, en 1957. Elle vit à Paris et a travaillé dans un hôpital d'enfants avant de se lancer dans l'écriture. Elle écrit des romans pour la jeunesse, ainsi que des scénarios pour la télévision.

Un autre extrait : le mille-feuilles de petits-beurre aux spéculoos

21/07/2010

Blog (J-P. BLONDEL)

Blog blondel.jpg« Putain de merde. Je sais, ça choque et surtout, ça manque d’élégance. »

Parce que son père s’est permis de lire son blog, le narrateur décide cesser tout contact avec lui jusqu’à ses dix-huit ans. Il ne décolère d’avoir été ainsi visé, dévoilé, violé. Afin de rattraper les choses, Philippe, son père, va lui faire un cadeau : un carton. Boîte de Pandore, songe le narrateur. Il n’est pas si loin de la vérité…

En découvrant que son père, cet instituteur si moraliste trop souvent, comprenant de moins en moins son fils qui grandit, fut lui aussi un adolescent de quinze ans avec ses rages et des désespoirs, qu’il a eu des rêves et des ambitions, et que cela s’est  brutalement arrêté, le narrateur va plonger dans une captivante analyse en parallèle et découvrir un homme qu’il n’imaginait pas.

Court roman (moins de cent vingt pages), Blog est construit de manière tout à fait diabolique. D’une réflexion a priori initiale sur la notion d’espace public et d’espace privé sur la Toile, on aboutit à un récit dense qui pose la question de l’exposition de soi, de la création littéraire et de l’intimité ainsi mise à jour. Si le roman de Jean-Philippe BLONDEL est aussi intéressant, ce n’est pas parce qu’il s’en tient à la description d’une révolte adolescente, mais bien plutôt parce qu’il montre la démarche d’un écrivain en devenir. C’est également une lucide analyse de la vie qui passe, qui érode, construit et déconstruit. Une dangereuse mais néanmoins salutaire expérience de lecture !

C’est sûrement ça, grandir – abandonner petit à petit tous les attributs qui font de toi un des pions de ta génération pour aller plus profond et découvrir ce qui fait de toi un être unique. Aller vers l’individualisation, et non vers l’individualisme. Je n’invente rien – c’est ce que le prof de français a dit, l’autre jour, en parlant de l’évolution du roman. Je m’en souviens parce que j’ai noté la phrase, alors que jusque-là, je n’avais dessiné que des formes géométriques. Plus les mois passent, plus mes articles s’enrichissent et moins j’utilise des kiffe et des mouhaha. Quand la phrase s’allonge, la peau se dévoile. En me cachant sous les mots, je mets en scène le plus impudique des strip-teases.

Jean-Philippe BLONDEL, Blog.

Acte Sud Junior

114 pages – 10 €

Paru en 2010

L’auteur : Jean-Philippe BLONDEL a quarante-trois ans, il est marié, il a deux enfants et il enseigne l’anglais dans un lycée de province depuis bientôt vingt ans. Il a aussi un vice – il aime lire. Pire encore, il aime aussi écrire. Il a publié six romans jusqu’à présent.

SELECTIONNE POUR LE PRIX DES INCORRUPTIBLES 2011-2012 - CATEGORIE 3°-2nde

15/07/2010

Le Chant des orques (A. BABENDERERDE)

Le chant des orques.jpg« Les genoux remontés sous le menton et les bras serrés autour de mes jambes, j’étais pelotonnée sur le banc de bois bleu, ma place  favorite. »

Sofie est une adolescente de quinze ans qui vit seule avec son père depuis le décès de sa mère six mois plus tôt. Sensible et timide, peu confiante en elle, elle se réfugie dans la compagnie de ses peintures et dessins, fréquentant les cimetières et fuyant la compagnie des gens de son âge, qui d’ailleurs ne la recherchent pas… Photographe reconnu, son père n’a jamais été très présent et se sent désarmé face à cette enfant qui n’en est plus une.

Il va lui proposer de l’accompagner en reportage dans le nord-est des États-Unis, afin de photographier sur les Indiens Makah qui se préparent pour la grande fête traditionnelle. Là, Sofie va faire la connaissance d’un peuple et d’une culture dont elle ne connaissait que des bribes de clichés et, surtout, va rencontrer Javid, le fils de la propriétaire de leur motel…

Magnifique roman que celui d’Antje BABENDERERDE : roman sur le deuil, l’amour naissant, la difficulté de grandir, les relations parent-enfant et, finalement, l’environnement. Annoncé ainsi l’ensemble peut paraître pesant, or c’est tout le contraire. Les fils de la narration s’entrecroisent sans jamais perdre le lecteur et l’empathie envers les personnages est omniprésente. Il est fascinant de voir peu à peu Sofie, la narratrice, se métamorphoser au contact de Javid, de suivre son initiation pour la regarder, finalement, prendre son envol. Rarement un cheminement intérieur aura été retranscrit avec autant de subtilité et de sensibilité.

L’écriture d’Antje BABENDERERDE est parfaitement traduite, tout à tour précise, lumineuse, écorchée, et son fil mène tout naturellement vers une fin ouverte, qui laisse le sentiment d’une expiration sereine. La connaissance profonde qu’a l’auteur de la culture indienne permet encore d’ouvrir la réflexion : c’est un roman qui reste longtemps dans le cœur et la tête.

J’ai rouvert les paupières et l’orque a stoppé très près du canot, ce qui l’a fait tanguer. Aussitôt après, il s’est retrouvé à côté de nous et de la vapeur a jailli de son orifice respiratoire comme un petit geyser. Des éclaboussures sont retombées sur nous. Je les ai senties sur mon visage et mes bras nus.

Une deuxième orque s’est approchée du bateau, tandis que les trois autres restaient à une distance prudente. La lumière du soleil formait de petits arcs-en-ciel dans le souffle des animaux. Des couleurs incroyables chatoyaient dans l’air. Mon corps vibrait de joie et d’excitation ; mon mal de mer avait bel et bien disparu.

Antje BABENDERERDE, Le Chant des orques.

Bayard Jeunesse - Millézime

390 pages – 11,90 €

Titre original : Der Gesang Der Orcas – Paru en 2003

Traduit en français en 2010

L’auteur : Antje BABENDERERDE est née en 1963 à Jena, en Allemagne. Elle a travaillé comme psychologue du travail dans un hôpital spécialisé en psychiatrie et neurologie. Elle est auteur depuis 1996, et porte un intérêt tout particulier à la culture indienne, comme le montrait déjà son précédent  livre Lune indienne, paru en 2007.

Son site (en allemand) : http://antje-babendererde.de